Veille digitale #1 : 5 liens à lire qui vous rendent plus intelligent

Ma veille digitale avec 5 liens à lire qui vous rendent plus intelligent, vous donne des billes pour vos stratégies Digitale. Au menu, un présentation sur les évolutions du Digital, une infographie, on parle RTB, et GAFA.

Bonne lecture.

Les investissements digitaux en France en 2015

Quelle est la tendance pour les investissements media en France en 2015, off-line et on-line? 2015 ressemblera à 2014. Les principales tendances selon emarketer :

  • Le Search reste le principal media digital , loin devant le display online, preuve encore une fois qu’il est au cœur de la stratégie digitale des annonceurs, et que le « pull » apporte une efficacité supérieure;
  • La Télévision a toujours la part du lion dans les budgets medias, et devrait se maintenir à son niveau;
  • La Presse et l’e-mailing sont en perte de vitesse. La bascule des budgets profite au Digital;
  • Le Mobile progresse, mais reste à niveau très faible au regard du temps passé parles internautes sur leurs portables, et tablettes. Une opportunité qui n’est ni saisie ni comprise par les annonceurs apparemment

 

 

Image1

Et le Social?

Il n’apparait pas dans les précédents graphiques. Sans surprise, il représente une part importante des budgets des annonceurs. Des chiffres à mettre en face des comportements des internautes qui privilégient le « dark social » aux autres médias sociaux. On se retrouve à l’inverse du Mobile. Les annonceurs sur-investissent dans les plateformes sociales ouvertes alors même que les utilisateurs semblent s’en détourner. Un phénomène à surveiller qui devrait être un sujet pour tout annonceur qui se respecte en 2015.

 

Image2

Dernier point intéressant des chiffres présentés. La Presse.

On l’a vu, les budgets baissent mais restent à des niveaux encore très élevé en France car la presse est encore consommée exclusivement en format papier, pour 57% des lecteurs de presse. Mais ce chiffre s’érode. Le shift aura t’il lieu dans les prochaines années? C’est fort possible. Car si aujourd’hui, les internautes pensent encore pour 58% d’entre eux que le Digital ne remplacera pas le format papier, les jeunes eux sont persuadés du contraire. Affaire à suivre. En tout cas, oublier la presse papier pour toucher vos cibles jeunes !!

Image4

Image5

Pour résumer, si vous êtes annonceur, vous devriez :

  • Continuer d’optimiser votre Search, d’innover sur les tactiques et les formats, et d’amplifier votre présence sur Google, pilier incontournable de votre trafic.
  • Faire un audit complet de vos activités « Social » pour identifier les gaps, vous concentrer  sur ce qui se mesure et vous rapporte des ventes et de la notoriété incrémentale, et si ce n’est pas déjà fait, fixer des objectifs autre que l’engagement et le recrutement de fans.
  • Rationaliser vos investissements Presse, car la pérennité du media n’est pas assurée, pour financer votre prise de territoire sur le Mobile pour trouver de nouveaux prospects et renforcer votre présence auprès de vos cibles stratégiques. Elles sont sur le Mobile maintenant, elles vous y attendent.

 

 

 

 

2015 et le marketing Digital : en quelles prédictions faut-il croire? (1/3)

L’année 2015 est encore neuve, mais déjà, dès lundi 5, ce sera l’heure de tirer les conséquences de l’année 2014, d’identifier ce qui a fonctionné ou n’a pas fonctionné, faire un exercice critique sur vos nouveaux objectifs sur le Digital, et d’ajuster le tir dans votre plan d’actions. Pas de temps à perdre. Toute milliseconde de perdue l’est à jamais.

Pour vous aider dans cet exercice, de nombreux consultants, advocate, blogeurs, collègues, pigistes, on écrit leurs prévisions pour le marketing Digital en 2015, histoire de vous donner des pistes de réflexions pour vos stratégies Digitales. Il y en a , ici, sans oublier ici, et pleins d’autres …. Bref, c’est la jungle des prévisions, les nostradamus en herbe se sont sentis pousser des ailes, et franchement, difficile de s’y retrouver entre toutes les prémonitions ou intuitions, certaines relevant de l’empirisme pur, souvent du doigt mouillé, quand elles n’enfoncent pas des portes ouvertes…

Pour ma part je vous invite à lire les prévisions sur le Digital en 2015 d’emarketer.com (en anglais), un site sérieux. Le but de cet article n’est pas de copier-coller le document d’emarketer, vous le lirez, mais bien de challenger leurs prévisions et de donner mon humble avis sur leur prévisions 2015.

Leurs tendances dans le Digital pour 2015 sont divisées en 3 parties  :

  • 5 incontournables à prendre en compte
  • 5 opportunités à surveiller
  • 5 certitudes dont il ne faut pas se préoccuper

J’apporte mes commentaires pour chacun des points cités dans leurs prévisions, en 3 parties (3 posts donc).

Bonne lecture !!

Partie 1 : Les 5 incontournables à prendre en compte pour vos stratégies Digitales en 2015

  1. « Responsiveness » will rule > Tout à fait d’accord avec eux, la capacité d’un annonceur de contextualiser sa communication, en fonction du device, lieux, moment, personne sera essentielle. Mais si la capacité technique est nécessaire pour y arriver, ce n’est pas suffisant. Il faut également pouvoir servir un contenu adéquat, adapté au format, intégré et cohérent, « permisive », qui raconte une histoire dans la durée. Au lieu de répéter sans cesse les mêmes messages absurdes, redondants, tourné vers la vente à outrance, qui auront l’effet inverse.
  2. Mobile Search will surpass desktop > Ce n’est pas une prévision, c’est une certitude. C’est même à priori déjà le cas sur certains marchés. On reparlera de ce sujet dans un prochain post.
  3. Programmatic will move beyond digital display > Verra t’on dès l’année prochaine le programmatic se positionner sur l’achat TV (en fait çà existe plus ou moins déjà chez France TV depuis longtemps), la presse etc…? Je ne suis pas convaincu. En soit, passer des ordres en temps réel pour acheter un spot TV, c’est parfaitement faisable je pense. Mais qui y a intérêt? Les marges sur ces espaces publicitaires sont encore confortables, ni les agences ni les éditeurs/chaines TV n’ont d’intérêt à « trader » ces espaces, et de plus les terminaux ne sont pas prêts. Rentabiliser et développer les second-screen et le « responsiveness » semblent être des enjeux plus importants pour les acteurs du Digital que de déployer le programmatic partout. Peu probable.
  4. The Internet of Thing (IoT) will become a thing > Certes, ce sujet est d’actualité. Les objets connectés semblent avoir devant eux un avenir radieux, sur le papier en tout cas. Si Nabaztag, le lapin connecté, lancé il y a 10ans, a échoué, est ce que pour autant les consommateurs sont prêts aujourd’hui? Pas certain que la situation ait vraiment changé. Si certaines niches sont prometteuses (les sportifs par ex.), pour le reste, qui a besoin de connecter sa brosse à dent au Cloud? Pas grand monde je pense… De même, est ce que 2015 verra les annonceurs, constructeurs se pencher réellement sur la question, pour commencer à l’intégrer dans leurs réflexion? Si l’on fait une analogie avec le Mobile, qui reste sous investit et mal maitrisé par la plupart des acteurs, à mon avis l’IoT n’est pas pour demain.
  5. Cross device targeting at scale > On peut raisonnablement penser que oui, le targeting de son audience cible sera plus simple, plus efficace, plus multi-screen et plus précis encore cette année. Pas de surprise à attendre sur le champ réglementaire pour accorder une protection plus grande aux internautes, les fournisseurs de données et ceux qui les exploitent affineront leurs technologies, traitant toujours plus de données « privées » pour établir des profils personnalisés, et délivrer des messages publicitaires ciblés à leurs clients/prospects.

 

La suite dans le prochain article.

Bonne reprise à tous.

 

 

Gagner en efficacité avec la matrice d’Eisenhower

Comment être plus efficace? Plus productif? Comment hiérarchiser ses tâches? Quelles tâches faut il déléguer? Et lesquelles prioriser?
Si la réponse à ces questions est souvent personnelle, en fonction du style de chacun, ou de son degré d’organisation, il n’est pas inutile de s’inspirer des autres pour y répondre, et d’appliquer les recettes qui ont fait le succès de certains grands hommes.
Eisenhower aurait dit « ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent rarement important. » Sur cette base, on peut appliquer à nos décisions une matrice très simple, et efficace : la matrice d’Eisenhower.
Un système simple, avec 4 possibilités pour classer ses tâches :

  • Urgentes et importantes : tâches que vous ferez immédiatement;
  • Importantes, mais pas urgentes : tâches à planifier;
  • Urgentes, mais pas importantes : tâches à déléguer à quelqu’un d’autre;
  • Ni urgentes ni importantes : tâches à supprimer, ou à reléguer à plus tard.

Voilà ce que cela donne, avec quelques exemples :

eisenhower box

source : Business Insider

Pour ma part, ma bonne résolution en ce début d’année 2015, sera de l’appliquer au travail. On verra le résultat à l’usage.