Top 30 SRI en programmatique : 2014 vs 2015

Suite à la publication du classement SRI des acheteurs programmatique en France pour 2015 , il est bon de se re-pencher sur le classement 2014 et de comparer.

Ce qui saute au yeux c’est la progression incroyable de CRITEO, de 7,4% à 24%. Avec 1 impressions sur 4 tradé par Criteo, je vois mal les publishers où les adexchanges leur résister longtemps. Ce qui peux largement fausser le système. Déjà que seul 40€ sur 100€ investit fini dans la poche de l’éditeur, si en plus Criteo peut imposer sa force d’achat pour tirer les revenus des éditeurs vers le bas, les éditeurs vont être tenté de compenser en délivrant toujours plus de pub, sur des inventaires pas super clean, ce qui amplifiera de fait le rejet publicitaire surle Digital et fera monter le taux d’adblocking en conséquence…
Parallèlement, la part du top 5 qui passe de 21% à presque 50%, mais où le premier trading indépendant, Tradelab, ne pèse (presque) rien.
L’hyper concentration du secteur est en marche, côté acheteur media. Ce qui rejaillira sur le côté éditeurs. Les gros acheteurs vont surement dicter leur loi. La promesse d’un marché Display ouvert, atomisé, aux enchères réelles est morte. Vive la pré-réservation d’espaces à prix fixes par les grossistes. Comme avant quoi.

Conséquence, les gros annonceurs français vont s’engouffrer dans l’internalisation du programmatique, comme il l’ont fait avec le Paid Search, mais plus rapidement. P&G, Airfrance l’ont bien compris. Les récentes déclarations de Ford en France annoncent le mouvement.

 

 

Adblocking, le phénomène s’amplifie en France

L’IAB France a publiée une nouvelle étude sur l’adblocking en France, intitulés « nous sommes tous responsables ». Hormis le titre maladroit, qui illustre bien la fuite de l’IAB devant ses responsabilités, les chiffres sont toujours les mêmes et le phénomène s’amplifie.

Plus d’1 internautes sur 2 sait ce qu’est un adbloqueur. Belle notoriété.

30% des internautes ont installé un adbloqueur, 53% chez les 16-24ans et 40% chez les 25-34ans, les gros consommateurs web, et futurs consommateurs tout court.

Ce qui veut dire que un : 30% d’un marché de 1 Milliard d’€, c’est 300M€ qui ne sont pas vus, mais qui sont quand même payés par les annonceurs, qui sont les bons pigeons de l’affaire.

Et que deux, le futur s’annonce sombre car dans 10ans, ca sera 53% des 26-34ans qui auront un adbloqueurs et 40% des 35-44ans, soit les actifs qui ont le plus de revenus, et ca, ca va peser sur le business de la pub tout entier, mais aussi des annonceurs.

De plus 69% sont équipés depuis plus d’un an…, donc 31% se sont équipés cette année, ce qui veut dire que le nombre d’internaute équipé à augmenté de 50% en 1 an… Belle progression.

C’est le PC Portable qui est le plus équipé, à 64%, le phénomène ne touche pas encore les portables et les tablettes. Cela s’explique bien car, de fait, le Mobile est (encore) peu investit en publicité, par frilosité et parce que le mobile convertit peu directement. Mais çà ne devrait pas durer.

56% veulent moins de formats par page, et moins de répétition d’une même pub. Moins de retargeting quoi pour faire court. Pas étonnant vu que c’est un retargeter, Criteo, qui gère/trade/achète/contrôle 1 pub sur 4 sur tout le display programmatique…

74% aimerait bien bloquer la pub sur la TV aussi !! Ca ne va pas pousser à programmatiser l’IPTV ca !! Ou alors il y aura des trous dans les programmes…

 

Bref, l’IAB sort une étude et un protocole que personne ne semble connaitre…. mais ce qui va se passer c’est que Google va bouger sur le sujet bientôt et que là on aura peut être une réponse à la hauteur des enjeux, et j’espère, orientée user expérience.

L’étude complète :

 

 

Le Top30 des acheteurs programmatique en France

Le classement SRI des acheteurs programmatique en France pour 2015 est disponible. Avec un Top30 des acheteurs.

Sans surprise, les trading desk des principales agences media, déjà premières acheteurs TV et Display en France, se hissent en haut du tableau. AOD, Amnet, Affiperf sont devant. Suivi de prêt par Tradelad, 1er trading desk indépendant.

Les annonceurs sont là également. P&G, AirFrance, Netflix ont internalisé pour mieux maitriser  leurs achats et leurs précieuses données, ce qui au regard de leurs investissements média, semble tout à fait logique. En effet, sur un marché estimé à 430M€, les 2% de P&G pèsent 8,6M€… conséquent.

Non ce qui est hallucinant finalement c’est le poids de Criteo. 24% du marché, c’est 103M€ d’achats !! Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est anormal. 1 impression sur 4 est préempté pour du retargeting dynamique massif, mal contextualisé, mal cappé, qui contribue largement au rejet des Français pour la publicité en ligne et à l’essor des adbloqueur. Et dont l’incrémental reste à prouver (si vous trouvez une étude à ce sujet, envoyez la moi, je la cherche encore…) même si, je le comprends, pour un annonceur, arrêter Criteo est délicat, çà fait du chiffre et personne n’a envie de risque son poste afin de savoir si ce Chiffres d’Affaires aurait été fait de toute facon…  J’y reviendrai.

classement SRI