It’s a bot world.

L’étude d’Incapsula, société spécialisée dans la sécurité sur Internet, intitulée le BOT TRAFFIC REPORT 2016  est riche d’enseignement. Elle montre l’envers du décor et fait ressortir l’omniprésence des robots, les « bots », inlassables programmes qui brassent, crawlent, structurent, aspirent, analysent le web, et en forme l’architecture même.

etude-trafic-internet-bot-trafic-internet-humain-good-bots-bad-bots-incapsula

L’étude met le doigt là où çà fait mal (mais ne le dit pas comme ca) :

  • Le trafic non humain (les robots) est plus important que le trafic humain; cad que les coût de structure sont énormes, pour maintenir et nourrir les services en activité, surtout depuis l’avènement du social et du mobile;
  • Le trafic en provenance de bots malvaillants, la fraude donc, est plus important que le trafic des bots serviciels, publicitaires ou sociaux, et donc que l’activité la plus lucrative du web, c’est la fraude.
  • Facebook et Google ont les bots les plus actifs, sans surprise, accaparant la croissance du secteur en maitrisant et les revenus et sa structure et en aspirants ses contenus. Tranquillement. Il n’y a apparemment pas de bot ayant une activité régulatrice.
  • L’absence d’acteur pour cleaner le web de la fraude est flagrante. Les robots ne combattent pas les robots apparemment.
  • Les gros sites web, ceux qui vendent leurs audiences, ou qui concentrent le trafic internet, sont infestés de bots malveillants, et clairement sont susceptibles d’amplifier la fraude s’ils ne s’y attaquent pas. Personne ne se préoccupe de la protection des données. Finalement, l’injonction unilatérale de Google d’imposer l’encryptage HTTPS à tous les sites est un moindre mal.

L’autogestion du web apparait alors comme une jungle propice à la fraude, qui crée des monopoles qui accaparent la valeur, freine l’innovation, ne paye pas d’impôt…  sans se soucier beaucoup des données des utilisateurs, et de leur environnement. Annonceurs, éditeurs, FAI, plateforme, media… ne font pas le boulot. La société Incapsula a de beaux jours devant elle 😉

 

 

 

Publicités

Fusion programmatique, SFR innove en TV, Nielsen corrige Facebook, une poupée connectée se fait déconnectée…. la revue de presse du Digital

La revue de presse sur le Digital marketing, avec une sélection d’articles forcément pas neutres.

Sur le programmatic francais déjà, ASQ et LPM, les 2 private exchange francais, vont fusionner. Tout va bien madame la marquise? Rien n’est moins sûr, même si les principaux intéressés disent le contraire. Le programmatique ne créant que peu de valeur finalement, accaparée par Google et Facebook, les éditeurs quittent le navire et reprennent le contrôle de leurs audiences, tandis que les annonceurs, qui veulent maitrise et transparence, ne veulent plus entendre parler du top250 NNR en blind à la sauce programmatique.

Sur la TV aussi, la contextualisation/personnalisation arrive en TV via les box et l’IPTV. Ils auront juste attendu 50ans pour faire évoluer le format. Comme quoi, il ne faut désespérer de rien. Mais c’est vrai qu’ils perdent de l’argent, et qu’ils vont se faire ratiboiser par Netflix et Facebook, comme le prédit cet article de businesss insider, très convaincant. Alors il faut résister. Et c’est SFR qui s’en charge, sur BFM. TF1 est vraiment mort.

Parlons des IOT maintenant. Il semblerait que les fabricants d’IOT ne nous veulent pas du bien. Même les jouets pour enfants sont là pour (peut être) nous espionner et influencer au berceau les futurs consommateurs (mais non voyons, promis juré). En tout cas, ce n’est pas passé du tout en Allemagne avec la poupée connectée « Mon amie Cayla » qui n’a pas fait preuve de son innocuité. Un précédent qui peut avoir des conséquences fâcheuses pour ce nouveau marché forcément promis à un futur radieux… du moins une fois que les « normes » et la protection de la vie privée seront jetés aux oubliettes.

Cette revue de presse ne serait pas complète si Facebook n’était pas cité une fois. Merci l’Australie. Et oui là bas, les chiffres des vidéos vues sur facebook ont dû être revu à la baisse de .. 94% par Nielsen. Après correction, il semble que personne ne regarde de vidéos sur Facebook en Australie. Sacrés Australiens, quels blagueurs. Facebook n’aurait pas truqué les chiffres quand même. Il est vrai que personne n’est jamais allé en prison pour avoir truqué/fraudé le marché de la publicité en ligne, pourquoi donc se gêner.

Merci, vous pouvez retourner optimiser vos campagnes, et stay above the fold 😉

 

P&G veut la transparence, les IOT sont un échec, Fuck les bannières… : la petite revue de presse 2.0

Revue de presse Digital du lundi :

P&G veut la transparence de la part de ses partenaires médias, et veut qu’ils appliquent tous une mesure de visibilité commune, celle du MRC, et s’attachent à diffuser des publicités réellement vues. Sinon, ca va chauffer….

Les IOT (les objets connectés pour faire court) sont en pleins marasmes. Un article de Challenges revient sur les raisons de l’échec des objets connectés. A méditer. D’autres s’en font aussi l’echo, et pointe un certain désenchantement car les usages ne sont pas là, et encore moins les consommateurs.

Une bonne nouvelle pour les investisseurs dans le Digital. AirBnB a réussi à faire du profit… Ca leur a pris 9 ans. Tout vient à qui sait attendre.

Je terminerai par l’article de fred Cavazza qui dit dit en substance « Fuck les bannières« , car l’adblocking continue de progresser, l’IAB France « Consumer First » révèle une augmentation de 20 % du taux d’adoption des adblocks sur le marché français depuis janvier 2016.